Perfectionnement de pilotage : VOL MONTAGNE Part 1 - Alpe d'Huez

 

Dans la cadre du perfectionnement de mon pilotage, j'ai entrepris voilà quelques mois de suivre des cours de pilotage en montagne Patrice Lapierre, devenu FI Montagne en début d'année. Patoche est mon FI historique (BB, PPL, Qualif nuit, Efis), qui me fait partager ses connaissances à travers nos nombreux vol en montagne.

Aujourd'hui, le 24 octobre 2014, nous nous sommes calés voilà quelques semaines pour rependre une instruction plus élaborée que le vol découverte de l'hiver dernier qui m'avait permis de découvrir le terrain de Courchevel en situation hivernale. La journée va se décomposer en deux parties : matinée sur l'altiport de l'Alpe d'Huez avec déjeuner le midi sur le terrain de Grenoble Le Versoud , et l'après midi retour à Courchevel en auto information cette fois.

Départ d'Avignon à 10h25, face au nord, avec un bon Mistral de 35-40 kt en rafales. Montée finalement pas trop agitée, et une fois passés les 2500 ft sol, l’accalmie prend place. Autorisés par Orange Approche au FL075, se sera une directe Mont-meilleur. La trace du vol aller est disponible en téléchargement sur ce lien.  En place arrière, Christian Souteyrand nous fait profiter de sa bonne humeur et j'avais réellement à cœur de lui faire profiter ce vol montagne que peu de pilotes ont la chance de vivre une fois dans leur vie. Aujourd'hui, il assurera les prises de vues au caméscope.

 

Nous voilà en vue du point Whisky, le point d'entrée des zones de l'Alpe d'Huez.  L'arrivée va s'articule en trois parties :

- la reconnaissance haute à 1000 ft sol, qui ressemble à une verticale terrain classique hormis que dans le cas présent une seule piste est en service et qu'il est impératif de savoir avec exactitude si les conditions aérologiques sont compatibles avec l’atterrissage et surtout le décollage par la suite.
- la reconnaissance basse à 100 ft sol, qui permet de caler l’altimètre de son appareil et de juger de l'état de la piste (cas de présence de neige, comme on l'aura l'après midi d'ailleurs).
- l'intégration pour un atterrissage définitif où la remise de gaz est très souvent impossible à réaliser.

La vidéo en fin d'article présente ces trois aspects lors de notre arrivée. Je vous laisse profiter des commentaires aiguisés de Patrice, c'est un vol qui se passe de bande sonore pour profiter des conseils prodigués. Après le premier atterrissage, j'aurais droit à deux autres tours de piste supplémentaires dont la trace de l'un deux est détaillée ci-dessous :


Il faut bien comprendre qu'entre deux atterrissages, on quitte la piste pour regagner le parking, puis on se place sur le bord droit du point d'arrêt, on scrute la finale pour patienter 30 secondes avant de se réaligner sur la piste pour redécoller et faire un tour de piste suivant.

Finalement, après le troisième landing, je roule pour le parking, et faire une petite pose. Nous avons décollé d'Avignon depuis 1h25, un p'tit break s'impose surtout que la météo est radieuse, profitons en pour prendre un bain de soleil.

 

Alors que nous nous apprêtions à regagner notre Cessna, un Robin se présente verticale du terrain ... on se dirige à pied vers la piste pour voir la machine se poser. Aux premières loges, je filme son arrivée.

Une demi heure que nous sommes parkés à l'Alpe d'Huez, il est temps de repartir, nous avons réservé une table au Versoud pour treize heures. Midi et demi, alignés sur la piste, c'est mon troisième décollage de la matinée à LFHU, le vol vers Grenoble va être rapide.



La Trace GPS ci-dessus image bien la rapidité du vol, quasiment tout en descente, sur la vallée.Poins de vingt minutes bloc-bloc, et nous voilà stationnés sur le terrain de Grenoble, face au restaurant. C'est avec grand appétit que nous regagnons notre table.

Notre Cessna au parking à LFLG

Avec les prises de vue de Christian, caméraman du jour, j'ai essayé de monter un film qui retrace les étapes importantes de cette matinée. Beaucoup de rushes disponibles, j'ai du trier et forcément retirer des plans sympathiques mais qui auraient longuement allongé la durée du film ci dessous. Un bon quart d'heure pour résumer une matinée bien remplie en sensations fortes et en expérience acquise.

 

Philippe LAGUENS.